Déjouez les manipulateurs

Ce livre est court, précis, clair et s’avère être essentiel pour comprendre les rouages de la manipulation et définir sa position par rapport à ce comportement. A travers les discours d’hommes et de femmes politiques, l’auteure présente les mécaniques de la manipulation et leur effet sur notre cerveau qui nous pousse à adhérer aux mensonges plutôt qu’à s’en protéger.

Et si au lieu d’user de ce registre on apprenait à développer l’authenticité dans nos relations, pourrions-nous améliorer la société ?

A travers ce livre, Elodie Mielczareck a une ambition pédagogique afin d’informer et d’être à même de contrer les paradoxes de la manipulation. Car la manipulation est quotidienne, légère, utilisée par tous et pourtant destructrice à grande échelle. L’auteure exclue de son propos la manipulation pathologique telle que la perversion narcissique pour parler des mécanismes les plus courants dont les gouvernants restent à l’heure actuelle les meilleurs « vecteurs ».

Voici donc un condensé des différentes techniques de manipulation décrites dans le livre car pour convaincre, un manipulateur utilise des subterfuges qui annihilent les capacités cognitives de son interlocuteur. Il peut s’agir de plonger dans le flou, de se distancier de son discours en utilisant l’infinitif, de proclamer des valeurs de Liberté, Egalité, Confiance, Justice pour ne pas être contredit, d’user d’éloquence pour impressionner, de noyer le poisson à travers des phrases longues et complexes qui n’ont aucun sens, de remplir l’espace, de promettre sans engagement concret, de ridiculiser son interlocuteur pour se sortir d’une question, d’infantiliser, ou de créer un double discours en admettant un propos immédiatement contredit par son inverse.

La manipulation la plus courante consiste à miser sur le sentimentalisme, à user du pathos pour susciter l’émotion que ce soit la pitié ou la peur. Le manipulateur sait se glisser dans la peau du gendre idéal, de même que la manipulatrice empruntera le masque de la belle-fille attentionnée. Ils flattent pour amadouer leur public, peuvent se présenter comme des sauveurs et sont friands de l’usage de l’ironie qui permet de faire entendre une double voix dans leur discours sans que les reproches cachés ne puissent leur être reprochés.

En résumé, la manipulation consiste à saturer l’espace cognitif de l’autre, par différentes techniques, afin qu’il n’ait plus d’autre choix qu’adhérer et soutenir ce vampire psychique.

L’auteure donne des pistes de détection des mensonges à travers l’analyse non-verbale: un rythme du corps en balancement peut devenir hypnotique alors que les ruptures de rythme sont synonymes de bonne foi, les regards un peu trop insistants tendent à imposer un rapport de domination…

En prenant du recul sur les discours des médias, sur les relations tant professionnelles que personnelles, on peut identifier lorsque ces mécanismes sont en place et tenter de les contrer, soit en les évitant, soit en refusant d’être un objet de manipulation pour ramener la relation sur le terrain de l’authenticité.

« Etre authentique, c’est :

  • faire preuve d’assertivité en disant ce que vous pensez peu importe les conflits d’intérêt;
  • faire preuve de réflexivité en écoutant l’autre et en n’excluant pas qu’il puisse avoir raison;
  • faire preuve d’empathie en ne jugeant pas l’autre. »

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *