Les Narcisse

Un livre éclairant sur le narcissisme et ses pathologies. L’auteur, psychiatre et spécialiste du harcèlement moral décrypte les origines du narcissisme, les différents troubles associés et les dérives de l’influence de ces personnalités engendrées par notre société.

Le narcissisme n’est pas en soi une pathologie. C’est une composante de notre identité directement liée à l’estime de soi. Un narcissisme sain permet de croire en ses talents, oser aller de l’avant, surmonter les échecs et entreprendre sans dépendre uniquement du regard de l’autre.
Le narcissisme ne devient pathologique que lorsqu’un individu est tellement centré sur lui-même que l’autre n’existe que comme un miroir destiné à réfléchir son image grandiose ou à recevoir les projections de sa part négative.

Le narcissisme se développe dès le plus jeune âge, d’abord par la construction d’un sentiment de toute puissance qui doit faire suite à un apprentissage des limites et de la frustration pour être à même de se tourner vers l’autre. Un équilibre est nécessaire entre l’amour de soi et l’amour des autres. Un narcissisme exacerbé est un mécanisme de défense qui permet de construire une image de soi en s’appropriant tout ce qui est bon et en projetant des aspects considérés comme mauvais sur les autres. Cela mène à une vision de soi idéalisée et à la construction d’un faux self. Toute menace qui pourrait venir ternir cette image provoquerait une confrontation avec des sentiments de honte et d’impuissance que la personne redoute d’affronter.

L’auteur présente trois types de troubles de la personnalité narcissique. Ils se repèrent à l’impact négatif que leurs comportements provoque chez les autres plus qu’à la souffrance qu’il engendre chez l’individu.

Le/la Narcissique grandiose a besoin d’être le centre de l’attention, accaparant la parole et sachant tout mieux que tout le monde. Il/elle pense que tout lui est dû, est intolérant à la critique ou à l’échec mais est incapable de se détacher de lui/elle-même pour s’ouvrir à l’autre. Il/elle utilise son auditoire et ses proches qui ont pour rôle de l’admirer, le/la soutenir ou le/la plaindre sans recevoir en retour aucune considération ou attention.

Le/la Narcissique vulnérable a également des fantasmes de réussite et de succès et ne tient pas compte des autres. Il/elle accorde une importance exagérée à la reconnaissance et est extrêmement dépendant du regard des autres. Les difficultés sont vécus de manière négative mêlant anxiété, envie et parfois dépression. Il/elle cherche la considération et l’amour des autres par une séduction plaintive, la culpabilisation ou parfois la manipulation.

Le/la pervers narcissique est narcissique mais il/elle le masque sous un abord charmeur et socialement conforme. Il/elle cherche à donner une bonne image et peut afficher un ton moralisateur ou adopter un rôle de référent alors qu’il/elle n’a aucun scrupule d’ordre moral. Il/elle n’éprouve aucune empathie vis à vis d’autrui et reconnait parfaitement la souffrance qu’il/elle peut infliger mais cela le/la laisse indifférent, voire est une volonté assumée.

Le/la pervers narcissique est une coquille vide qui cherche à faire illusion. Pour cela, il/elle envahit le territoire psychique d’un autre afin de s’approprier ses qualités ou sa vitalité. Le plus étonnant chez eux, c’est leur force de persuasion, leur capacité à faire agir autrui en le manipulant instinctivement. Il/elle ne reconnait jamais ses erreur et attribue ses échecs aux autres. Quand il/elle risque d’être démasqué, il/elle se pose en victime. C’est leur capacité à mentir, associée à leur manque de scrupules et leur aisance dans les relations sociales qui les amène à une rapide réussite sociale ou matérielle.

Les origines des troubles de la personnalité narcissique sont multiples. Cela peut venir d’un défaut de construction du narcissisme dans l’enfance en raison d’abus, humiliations, négligences de la part des parents ou à l’inverse de trop d’admiration avec un culte sans limite voué à l’enfant qui n’apprend pas à gérer les frustrations. La société n’est pas en reste en valorisant l’individualisme, la consommation à outrance, la culture de l’image…

L’auteur apporte de profondes réflexions autour de la prédominance du narcissisme dans notre société avec un constat alarmant. Toutefois, l’espoir est permis avec la prise de conscience que le développement d’un mode de fonctionnement autocentré ne bénéficie à personne.

“Partout les valeurs de la solidarité et de la bienveillance déclinent aux dépens de la performance et de l’efficacité. D’autant plus que les personnalités narcissiques prospèrent chez les cadres dirigeants, influant sur la culture de l’entreprise et son style de management. La mondialisation nous a entrainés vers une spirale destructrice, ses promesses de progrès infini, de bien-être et d’amélioration de qualité de vie se sont doublées d’un revers beaucoup plus sombre : les addictions, la montée des inégalités, le refus de l’autre et la compétition sans fin entrainant stress et burn out.”

“Beaucoup de personnes prennent conscience à leur façon qu’il nous faut changer notre manière de vivre, inscrire notre façon de consommer dans notre environnement et accepter les autres tels qu’ils sont. Telle est la voie pour parvenir à en finir avec les pathologies du narcissisme.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *